L’exposition émouvante « Je n’ai rien fait de mal » sur l’inceste à découvrir aux Rencontres d’Arles – .

--

La photographe Mika Sperling explore le traumatisme de l’inceste dans son exposition “I Did Nothing Wrong”.

A l’occasion des Rencontres d’Arles, la photographe allemande Mika Sperling présente son exposition “Je n’ai rien fait de mal”. elle explore traumatisme de l’enfance causé par un grand-père incestueux.

L’exposition a remporté le vote du public pour le Prix Découverte Louis Roederer. On le découvre à Arles, dans l’église des Frères Prêcheurs jusqu’à 28 août.

Une exposition intimiste et politique

C’est un titre évocateur et double sens. renvoie aux paroles de victimes pris au piège de la peur et de la culpabilité, mais aussi celle du grand-père pédocriminel, qui jamais admis les faits.

“Je n’ai rien fait de mal” Il se compose de trois ensembles. Tout d’abord, Mika Sperling a photographié sa très jeune fille. Pris entre le chemin de “maison d’enfance” et celle où a vécu le délinquant, les images conjuguent deux temporalités pour mieux révéler la persistance du traumatisme familial et sa transmission dans le temps.

©Mika Sperling

Il y a aussi des photos de famille, dans lesquelles le photographe apparaît enfant. Mais l’ancêtre a a été coupé de la photo. laisser place à une silhouette qui semble être sur le dos, comme pour signifier aveuglement et silence des proches Oui impunité des coupables.

--
©Mika Sperling

Enfin, Mika Sperling présente un scénario-texte fictif. ” A la recherche de réponses”elle échange avec l’agresseur, calmes et aujourd’hui décédé. Au cours du parcours sont disposés divers objets faisant référence à l’enfance : un échiquier de grand-père ou des dessins d’enfants sur lesquels il a été supprimé.

Enfin, bien que son visage n’apparaît pas dans l’expositionson présence fantomatique restes. Dans ce, “Je n’ai rien fait de mal” se déroule de l’intime au collectif. Selon l’association face à l’inceste, en France, 1 personne sur 10 déclare avoir été victime d’inceste. Au final, Mika Sperling puise dans son histoire personnelle pour briser un tabou structurel.

©Mika Sperling


A lire aussi :

Pourquoi j’ai été si émue par les clichés antillais d’Adeline Rapon

Crédit image en vedette : © Mika Sperling

- déménagement exposition j’ai fait rien mal à propos de inceste pour découvrir les Rencontres dArles

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--
PREV la nouvelle exposition du Musée du Quai Branly à Paris – .
NEXT La première exposition rétrospective de la maison de joaillerie FRED au Palais de Tokyo – .