deux livres détaillent les stratégies d’influence du secteur agro-alimentaire – .

deux livres détaillent les stratégies d’influence du secteur agro-alimentaire – .
deux livres détaillent les stratégies d’influence du secteur agro-alimentaire – .
--

Livres. Dire que l’étiquette nutritionnelle Nutri-Score a donné lieu à une bataille de lobbying est un euphémisme. Avant que ce logo à cinq couleurs, qui indique la qualité nutritionnelle d’un aliment, ne soit adopté par la France fin 2017 comme logo officiel (bien que non obligatoire), les principaux groupes agroalimentaires ont mené une lutte acharnée contre ce label, affichant toute la gamme des stratégies d’influence possibles : entretien du doute sur la validité scientifique du dispositif, proposition d’un contre-logo, multiplication des échanges avec la sphère politique –officielle et non-officielle–, dénigrement des équipes qui ont conçu et testé le logo , problèmes de personnalisation… Un cas réel de playbook de lobby mené par l’industrie, décrypté dans deux articles récents.

Le premier, mange et tais-toi de Serge Hercberg, est un témoignage personnel sur les nombreuses pressions subies par ce professeur d’épidémiologie nutritionnelle, qui a présidé le Programme national nutrition santé en France de 2001 à 2017 ; un aperçu passionnant des coulisses de la prise de décision en matière de santé publique. Le deuxième, Des halls d’accueil au menu, rédigé par Daniel Benamouzig (Centre de sociologie des organisations, CNRS et Sciences Po) et Joan Cortinas Muñoz (chercheur associé à la chaire Santé de Sciences Po), il s’agit d’une étude sociologique des différents types d’intervention de l’industrie agroalimentaire dans les sphère. Recherche menée sur deux ans, qui démontre, au-delà des conflits d’intérêts individuels, l’existence d’activités d’influence “systémique”.

lire aussi Article réservé à nos abonnés Avec le Roquefort, Lactalis veut contrecarrer le Nutri-score

Ces deux livres fourmillent d’exemples. Serge Hercberg évoque ainsi un combat emblématique, celui de l’interdiction des distributeurs automatiques de sandwichs dans les écoles en 2004, qui avait valu à l’enseignant de nombreuses lettres hostiles, voire un coup de fil anonyme menaçant.

Daniel Benamouzig et Joan Cortinas Muñoz racontent un autre épisode : lors de l’examen du projet de loi santé 2015, où l’introduction de l’étiquetage nutritionnel a été évoquée, un directeur des affaires publiques du secteur s’est plaint à l’Elysée de ne pas avoir rencontré le ministre de la santé. “On s’est un peu fâché avec l’Elysée et Matignon en disant : ‘Écoutez, on ne comprend pas, on a réussi à voir le président de la République, on a réussi à voir le Premier ministre, on a réussi à voir presque tous les ministres du gouvernement. (…). Ce n’est pas normal”dit ce fonctionnaire. L’Elysée finit par forcer Marisol Touraine à nous rencontrer, et elle se dérobe à nous et nous envoie son directeur de cabinet. » Réputé plus secret vis-à-vis du secteur privé, le ministère de la Santé souffre cependant d’un défaut majeur, selon Serge Hercberg : son “faible poids (…) dans la hiérarchie du gouvernement par rapport à des ministères beaucoup plus lourds, comme l’agriculture ou l’économie ».

--

Il vous reste encore à lire 46,26% de cet article. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

- deux livres détail les stratégies influence du secteur agroalimentaire

deux livres détaillent les stratégies dinfluence secteur agroalimentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--
PREV Nick Hunt, l’autre endroit qui est – Libération – .
NEXT La collection « Alexandre Dumas ». « Le Comte de Monte Cristo I » – .