une coquille dans la rentrée littéraire – .

une coquille dans la rentrée littéraire – .
une coquille dans la rentrée littéraire – .
--

Certaines erreurs d’impression ont rendu la valeur des tirages extrêmement rare. Pensez, par exemple, à la Bible des pécheursdatant de 1631, qui, en raison d’une maladresse technique, invite ses lecteurs à « commettre un adultère “. Ou la première édition très limitée de Harry Potter et la Pierre Philosophalepublié en 1997 par Bloomsbury : une erreur typographique au dos de la couverture, doublée d’une erreur dans les pages du livre, permettent aux collectionneurs d’identifier ce précieux ouvrage, évalué à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Dans le cas de Mauvaise conduite, un nouveau roman d’Emma Becker, les éditions Albin Michel se seraient passées de ce trait un peu problématique. En fait, la jaquette du livre publié le 17 août comporte une erreur très visible : « quand ils sont là, ils me regardent », cite en effet l’extrait imprimé en rouge sous le titre du texte. Difficile de faire plus clinquant… et plus gênant.

Si quelqu’un est responsable, c’est moi. » commence Anna Pavlowitch, qui dirige les éditions d’Albin Michel avec Gilles Haeri. ” C’est l’histoire de la lettre volée, plus elle est grosse moins on détecte la faille », regrette l’éditeur, évoquant un dossier mal envoyé, un « erreur humaine » qu’il fallait réparer, plutôt qu’attribuer à tel ou tel coupable.

Nous en avons pris connaissance début août et avons immédiatement pris les mesures nécessaires pour corriger cette faille. Les 25 000 exemplaires nouvellement imprimés avaient l’erreur sur la jaquette, mais heureusement, le texte du livre était toujours correct. Cependant, du matériel promotionnel tel que des affiches a reproduit l’erreur, de sorte que l’ensemble a été révisé. Sur le web, les images du livre sont exemptes de tout défaut.

L’éditeur se mobilise alors pour redresser la situation. ” Nous avons ainsi pu récupérer une partie des ouvrages en interne, notamment les livres destinés aux salons littéraires. Certaines jaquettes ne seront peut-être pas remplacées, car les libraires n’ont pas forcément le temps de s’en occuper en pleine rentrée, mais très peu d’exemplaires auront encore cette erreur. dit Anna Pavlowitch.

En effet, les services de presse et autres exemplaires envoyés aux libraires et lecteurs avertis montrent la coque sur sa jaquette.

--

Un moindre mal, donc, qui ne doit pas occulter la qualité du texte d’Emma Becker, souligne encore et encore Anna Pavlowitch. « L’inconduite C’est un livre magnifique, qui aborde des questions et des thèmes chers à l’auteur, comme la sexualité ou la maternité. Il faut absolument le découvrir. »

La maison, qui travaille pour la première fois sur un texte de Becker (elle a publié ses précédents livres avec Denoël et Flammarion), a prévenu ce dernier dès la découverte de l’erreur, avant de prendre les mesures nécessaires pour la réparer. ” J’ai tout de suite pensé à Emma. dit Anna Pavlowitch. ” Un tel travail nécessite trois ans de travail. Qu’une erreur ne se réduise à rien, certes.

NDLR 19/08 – 10h30 : Une première version de cet article indiquait un tirage de 25 000 exemplaires, mais Albin Michel avait rapporté le chiffre de 40 000 à Livres Hebdo, donnée publiée dans un article du 26 juillet.

De plus, ActuaLitté a pu observer l’installation de l’ouvrage qui contient l’erreur, dans une librairie.

Photographies : ActuaLitté, CC BY SA 2.0

une coquille dans rentrée littéraire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--
NEXT Un premier salon du livre bien accueilli – .