La Belgique va-t-elle taxer les superprofits du pétrole ? – .

--

Depuis plusieurs mois, le prix de l’énergie et les hydrocarbures en particulier ont éclatement. En un an, le prix du litre de carburant a augmenté de 31 % pour l’essence Oui 39% pour le diesel, une situation due à la trop forte reprise économique, mais aussi à la guerre en Ukraine qui alimente les tensions sur les marchés. Évidemment, si les consommateurs et les automobilistes sont durement touchés, pétrolierseux, se frottent les mains, parce qu’ils n’ont jamais réalisé autant Bénéfices.

coquille et Énergies totales par exemple, ils ont obtenu plusieurs milliards d’euros de bénéfices seulement au deuxième trimestre. Sur cette seule période, TotalEnergies a enregistré un résultat net de 5,7 milliards d’euros. Et c’est encore plus marqué que Shell, qui a enregistré… 18 milliards d’euros de bénéfice sur la même période, c’est-à-dire 5 fois plus qu’en 2021 ! Grâce à la hausse des prix et notamment du baril de pétrole (125 dollars contre 80 en janvier) ou du MWh de gaz (200 euros aujourd’hui contre 62 en janvier 2022).

Annonce – ​​lisez ci-dessous

Gains pour les actionnaires

Bien sûr ceux qui profit de ce gain financier exceptionnel, ce sont les actionnaires de ces sociétés qui recevront de généreux dividendes. Dans ce contexte, Coquille a annoncé un programme de rachat d’actions pour 6 000 millions de dollars, après une première opération de 8 500 millions de dollars. Même scénario avec Énergies totales où un nouveau programme de rachat a été lancé pour 2 000 millions de dollars, après un premier programme réalisé au cours du premier semestre pour 3 000 millions d’euros.

Et ils ne sont pas les seuls : le petit pétrolier espagnol Repsol faire la même chose. Objectif : profiter de la forte baisse des profits pour réduire la dette qui ont considérablement augmenté pendant la pandémie, ainsi queaugmenter les rendements pour les actionnaires.

Ces Bénéfices évidemment il semble indécent par les temps d’hyperinflation qui courent et qui voient l’appauvrissement de la population. Cela dit, malgré les gains inattendus, pétroliers soutiennent qu’ils restent fragileplombé d’une part par ses pertes et, d’autre part, par la situation qui reste incertaine et qui changera probablement dans les mois à venir si régions du monde ils connaîtraient des périodes de récession.

C’est pour cette raison que le patron de Shell, Ben van Beurden, a déclaré qu ‘«avec des marchés de l’énergie volatils, des turbulences économiques et la nécessité d’agir contre le changement climatique, 2022 continue de présenter des défis. défis pour consommateursà eux Gouvernements et les entreprises. Cette petite phrase me dit quelque chose message subliminal à l’attention des gouvernements qui pensent justement à manne fiscale les pétroliers et, accessoirement, les fournisseurs de gaz et d’électricité. La Commission européenne a aussi donné lumière verte à cette fiscalité exceptionnelle déjà en vigueur en Espagne, en Italie et en Grande-Bretagne.

--

Les pétroliers paieront-ils en Belgique ?

On peut se demander quelle est la positionnement de la belgique relatif à super bénéfices pétroliers? Une position d’autant plus délicate que gouvernement il profite aussi davantage des prix élevés du carburant, notamment en matière de TVA : le niveau des droits d’accises a été réduit (mais de manière forfaitaire, ce qui profite aux autorités).

Pour la ministre de l’énergie, Tinne Van der Straeten (Groen), l’idée fait lentement son chemin. prendrait la forme d’un apport exceptionnel crise (donc non récurrente) qui équivaudrait à 25% de la marge brute. s’appliquerait à tous les métiers des hydrocarbures, c’est-à-dire les fournisseurs, producteurs et commerçants d’électricité, de gaz naturel et de pétrole qui paient leur TVA en Belgique. Tinne Van der Straeten espère lancer un projet fiscal pour l’automne.

Cela dit, le résultat de ce projet n’est pas du goût de tout le monde, en particulier Vincent Van Peteghem (CD&V), ministre des Finances. Il pense en fait que la taxe serait discriminatoire et donc ça pourrait être contestée en justice. De plus, en ce qui concerne le secteur nucléaire, l’exploitant de nos centrales, la société française Engie, verse déjà une contribution de 38 % de sa marge brute. Dès lors, difficile de demander plus… Si par hasard un impôts il fallait intervenir malgré tout, alors il faudrait voir Comment? ‘Ou quoi? Elle serait utilisation : soutenir le pouvoir d’achat des citoyens ? Ou sauver le budget du gouvernement ?

pétroliers craindre un soulèvement massif impôts dans son super profits. Il est fort probable que pour cette raison le groupe TotalEnergies soit profile bas en France et bénéficiant d’une remise qui sera portée à 20 centimes d’euro à la rentrée. Et ça marche : le week-end dernier, l’Assemblée nationale a rejeté un projet de taxation des superprofits. Les pétroliers parviendront-ils à passer entre les mailles du filet ? A continuer…

Belgique vatelle taxer les superprofits pétrole

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--
NEXT avoir plus de 200 millions d’euros d’actifs