“Nous sommes confrontés à une augmentation des cas qui nous cause des problèmes” – .

--

La vaccination contre la variole du singe, commencée en juillet, a été prolongée jusqu’en août. Le groupe de personnes qui y ont droit a même été élargi après que le Groupe de gestion des risques a ajouté tous les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes qui ont déjà été infectés par des maladies sexuellement transmissibles.

Le seul problème est que le nombre de doses de vaccins disponibles est inférieur à la demande. Jean-Christophe Goffard, directeur du service de médecine interne à l’hôpital Erasme, exprime son inquiétude au micro de nos confrères de La Première.

Je suis très content qu’on elargisse la vaccination aux personnes qui, de par leur âge, n’ont pas procuré de la vaccination contra la variole parce qu’on est face, très clairement, à une augmentation du cas nome qui nous pose des problèmes . Les gens demandent ce vaccin.Ça fait mal d’avoir la variole du singe. Cela provoque des douleurs qui peuvent être insupportables au niveau rectal. Mais hélas, annoncer qu’on élargit la vaccination sans avoir le bagage opérationnel, sans avoir ni les vaccins ni les personnes à vacciner, c’est faire des annonces aux effets qui n’ont pas de sens à l’heure actuelle et qui sont assez désobligeants pour le personnel de terrain.“, avoue-t-il.

“Nous sommes à nouveau en retard sur les autres pays”

30 000 doses de vaccin contre la variole du singe arriveront à l’automne. Mais à ce moment-là, il n’y a que 3 040 doses disponibles et le nombre de cas augmente. “Nous avons déjà probablement 1 200 candidats et nous sommes un petit centre par rapport aux autres », admet le directeur du service de médecine interne de l’hôpital Erasme.

--

Il nous faut beaucoup de temps pour recevoir des personnes inquiètes, discuter avec elles, les diagnostiquer puis les accompagner pendant les 21 jours qu’elles seront isolées, à domicile, avec des douleurs importantes. Alors oui, ça m’inquiète. Si le nombre de cas augmente et se propage à la population générale, parce que nous n’avons pas réagi assez rapidement avec la vaccination, c’est inquiétant. On aurait dû faire comme la France, vacciner beaucoup plus tôt, malheureusement on est encore un peu en retard par rapport aux autres pays. Cela nous arrive souvent. Je pense que le processus décisionnel en Belgique est parfois un peu lent.” continue le professeur.

Étiquettes : médecin belge exprime son inquiétude pour la variole du singe

Nous sommes confrontés une augmentation des cas qui nous des problèmes

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--
PREV « Ne viens pas aujourd’hui ! – .
NEXT “En Belgique, certains s’ennuient visiblement et s’amusent avec ces petits jeux” – .